Avertir le modérateur

22/05/2009

La police de Sarko «cueille» les marmots à l’école pour un vol de vélo… même pas vrai !

ECOLE LOUIS ARAGON FLOIRAC RODEO POLICIER.jpg

Je ne sais plus combien on m’a volé de vélos. Deux ou trois, la dernière fois à la Gare d’Enghien. Un 1er mai. Je rentrais très tard le soir de Blois où j’étais allé voir ma mère qui était hospitalisée. Je n’ai trouvé que l’anti-vol… coupé ! Je ne vous dis pas ma colère ! J’ai remonté la rue des Chesneaux au pas de charge… L’anti-vol à la main. Je vous jure que si j’avais été agressée c’eût été une bien redoutable arme de défense ! Cette fois-là, je n’ai pas porté plainte. Le lendemain j’achetai une 2 CV pour aller travailler…

 

Toujours est-il que lorsque je portai plainte en 1980 au commissariat de Saint-Jean-de-la-Ruelle pour vol de vélo les pandores ne l’ont jamais retrouvé et je doute qu’ils s’y soient employés… Le premier vélo, je ne me souviens plus. Mais dans ces deux derniers cas, je souriais en pensant au voleur ! et surtout à la curieuse dégaine qu’il devait avoir dessus : depuis mon accident de moto, une jambe devenue plus courte et un genou qui ne se fléchit pas assez m’obligent à avoir une pédale raccourcie de moitié… C’est mon kiné de l’époque qui m’équipait ainsi pour la rééducation, lorsque retrouvant le droit à l’appui, il me mettait une demi-heure sur le vélo.

 

Tout ça pour dire que les policiers de Cenon (Gironde) prennent leur métier drôlement plus à cœur ! Il faut lire cela pour le croire… Mon amie Circé-45 http://circe45.over-blog.com/article-31690417.html... a écrit un article aujourd’hui et j’ai trouvé l’info en parcourant la page d’accueil de Wikio… Un article du NouvelObs et quelques autres lus par la suite.

 

Deux voitures de police et six agents de police mobilisés mardi19 mai 2009 pour cueillir à la sortie de l’école Louis Aragon de Floirac en Gironde deux garçons – 6 et 10 ans – et les emmener, avec les vélos, au commissariat… Il est évident qu’avec de si dangereux criminels – l’enfant de 6 ans aurait reconnu avoir «emprunté» le vélo selon Albert Doutre, Directeur département de la sécurité publique… mais la mère de l’enfant de 10 ans a fourni une attestation sur l’honneur d’un adjudant-chef de la base aérienne de Mérignac qui lui avait offert le vélo – il n’y a pas d’autre modus operandi possible : au gnouf !

 

C’est d’ailleurs ce que soutiennent avec la même conviction tant Albert Doutre directeur départemental de la sécurité publique – pour qui c’est un «non-événement» ! - que le commissaire divisionnaire Olivier Le Gouestre, directeur départemental adjoint  : «Quand on a une plainte entre les mains pour un vol, et des indices nous permettant d'identifier un suspect, même s'il s'agit d'un mineur, on se doit de réagir»

 

Sans doute. Mais les conditions même de l’interpellation sont plus que contestables. Comme le souligne la mère d’Hicham (10 ans) : elle aurait préféré que la police "aille voir le directeur (de l'école), qu'ils demandent les coordonnées du gamin et qu'ils viennent à la maison ou qu'ils nous convoquent".

 

D’ailleurs, selon Sud-Ouest qui relate «l’affaire», la plaignante qui pensait – en voyant arriver Hicham à l’école mardi matin - que le vélo pouvait correspondre à celui qui avait été volé, aurait d’abord demandé au directeur de l’école de confisquer le vélo… ce qu’il a refusé de faire. Elle aurait finalement déposé plainte et quelques instants plus tard, le directeur aurait reçu un appel d’un policier à qui il donnait le numéro de téléphone des parents d’Hicham… L’enquêteur disant «vouloir essayer de régler ça tranquillement»… On a vu comme !

 

De surcroît je note dans les articles que j’ai lus une sérieuse contradiction entre les versions. Selon Albert Doutre, la mère aurait porté plainte dès le dimanche… Et si l’on s’en tient à ce qui est écrit dans Sud-Ouest, il semblerait plutôt que ce soit le mardi.

 

Ce que je n’arrive pas à comprendre, sachant qu’il y a deux vélos volés dans cette histoire à dormir debout, c’est que si apparemment le seul «emprunt» avoué serait celui du vélo du garçonnet de 6 ans, la plaignante se soit ainsi acharnée sur Hicham, embarqué dans la foulée : «Un autre élève de 10 ans soupçonné d'être au guidon d'un vélo volé a été aussi interpellé» lis-je, toujours dans sud-Ouest.

 

Cette bonne femme n’a pas de chance ! Se faire «chourer» deux vélos en même temps – elle doit être sacrément négligente ! - et penser retrouver les deux voleurs quasi au même endroit… J’y verrais plutôt quant à moi un sacré relent de racisme ! Ce que ne démentira sûrement pas Circé qui narrait un épisode similaire arrivé à ses deux filles un peu trop «colorées» aux yeux des émules de Le Pen. «Un enfant avait été vu par le voisinage et la plaignante savait où il était scolarisé» selon le commissaire divisionnaire commissaire divisionnaire Olivier Le Gouestre.  

 

La police de Sarko me semble furieusement être de la même eau que celle de Vichy : il suffit de dénoncer ! Tous les jours un pas supplémentaire vers la «facho attitude»…

 

Ne croyez pas pour autant que je fasse mienne l’apostrophe de Proudhon «la propriété c’est le vol» qui ne visait d’ailleurs pas nos maigres biens mais ceux, toujours aussi mal acquis aujourd’hui des «barons voleurs» aussi rapaces et gloutons qu’hier ! Ceux-là, il faudra bien qu’ils finissent par rendre gorge un jour ou l’autre…

 

Le respect des biens d’autrui fait partie de l’éducation bien comprise, qu’elle soit dispensée dans les familles ou par les enseignants et autres éducateurs. Sans doute suis-je d’une autre époque. Mais ce n’est sûrement pas en faisant entrer les flics à l’école ou en transformant les chefs d’établissements en officiers de police judiciaire – absurde mélange des genres ! – comme le proposerait Xavier Darcos, ais-je entendu tout à l’heure sur France-Info.

 

Une société «policée» n’a pas à se transformer en société «policière» !

 

Il reste qu’Albert Doutre aura beau apporter son soutien aux policiers et «soutenir et assumer entièrement jusqu’au bout ce qui a été fait» (…) dans le cadre des lois de la République», on ne saurait le suivre lorsqu’il a le culot de prétendre que «les services de police ont agi avec le tact et le discernement nécessaires et sans excès»…

 

Il considère que cette «affaire banale» prend un tournant polémique surprenant». Mais ce qui est précisément inquiétant c’est qu’il la considère comme «banale» ! La police de Sarko a désormais tous les droits. Nous – je suis loin d’être la seule à m’en inquiéter ! - n’arrêtons pas de le souligner, devant les atteintes réitérées quasi chaque jour aux libertés tant publiques que privées.

 

Non ! Cette affaire n’a rien de «banal»… tout au contraire. Et si les policiers ont bien respecté la lettre des lois de la République – la procédure stricto sensu – ils se sont bien assis sur leur esprit en oubliant tout simplement un principe fondamental qui s’applique notamment aux forces de police : le «principe de proportionnalité» qui doit exister entre les moyens mis en œuvre, l’infraction et l’âge des mis en cause…

 

Un article récent du Monde faisait état du malaise grandissant entre la population et la police. Une telle affaire n’est pas faite pour le dissiper, tout au contraire ! Et si les plus jeunes commencent à trembler devant la police, n’y voyant que des ennemis au lieu d’un recours ou d’un secours possible en cas de problème, cela augure mal de l’avenir.

 

Et comme le souligne avec pertinence l’article de «20 minutes» : «Cette affaire intervient quelques semaines après la parution d’un rapport de la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS) dénonçant des actes de «violence illégitime» des forces de l’ordre envers les moins de 18 ans».

 

La mère d’Hicham a parfaitement raison : «Je veux que les conditions d'interpellation de mon fils se sachent parce qu'on ne peut pas laisser faire des choses comme ça. Il y avait d'autres façons de procéder pour vérifier si le vélo était le sien ou pas» Le moins que l’on puisse dire est qu’elle a atteint son but. Le Landerneau de la politique et de la presse en est tout secoué !

 

Sans le véritable tollé médiatique déclenché par cette lamentable affaire, l’UMP l’aurait-elle condamnée ? J’avoue nourrir quelques doutes… d’abord parce que c’est dans le droit fil de ce que veut Sarko qui n’a que les termes réprimer et punir tant à la bouche qu’à l’esprit, qu’il a étroit et mesquin. Ce n’est au demeurant qu’une autre facette de sa politique «d’ouverture» : en direction de l’électorat de Le Pen.

 

Frédéric Lefebvre trouve le procédé «inadmissible», le prolixe porte-parole de l’UMP demandant une enquête «sur les conditions de cette interpellation, les raisons pour lesquelles la police n'a, semble-t-il, pas prévenu les parents et a jugé indispensable de procéder comme elle l'a fait», ajoutant : «il est inadmissible de se comporter avec un enfant de six ans comme s'il était un adulte, sans interroger ses parents et en intervenant sur le lieu de l'école sans démarches à l'endroit de la famille».

 

Ce qui tombe sous le sens commun… pour une fois qu’il ne dit pas de stupidités ! nous ne devons toutefois pas oublier qu’il a également une position ultra-sécuritaire et quasi inquisitoriale du fichage très précoce des bambins agressifs ou prétendus tels…

 

Plutôt que d’adopter une posture ridicule et bien vaine, je conseillerais à Albert Doutre de méditer Osée 8-7 : «qui sème le vent récolte la tempête»… Médiatiquement parlant, elle souffle grave !

 

SOURCES

Le Figaro

Arrêtés devant l’école pour un vélo

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/05/21/01011-20090521FILWWW00265-arretes-devant-lecole-pour-un-velo.php

Enfants interpellés : "inadmissible" (UMP)

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/05/21/01011-20090521FILWWW00359-enfants-interpelles-inadmissible-ump.php

Le Monde

Deux enfants soupçonnés de vol de vélo interpellés à la sortie de l'école

http://abonnes.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-39365787@7-37,0.html

Le Point

SOUPÇONNÉS D'UN VOL DE VÉLO - Deux garçons de 6 et 10 ans interpellés devant leur école

http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2009-05-21/soupconnes-d-un-vol-de-velo-deux-garcons-de-6-et-10-ans-interpelles-devant-leur-ecole/920/0/345613

L’Express

SOUPÇONNÉS D'UN VOL DE VÉLO - Deux garçons de 6 et 10 ans interpellés devant leur école

http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2009-05-21/soupconnes-d-un-vol-de-velo-deux-garcons-de-6-et-10-ans-interpelles-devant-leur-ecole/920/0/345613

Libé-Lyon

Deux enfants soupçonnés de vol de vélo interpellés à la sortie de l'école

http://abonnes.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-39365787@7-37,0.html

NouvelObs

Enfants arrêtés : une affaire banale pour la police

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/societe/20090521.OBS7581/enfants_arretes__une_affaire_banale_pour_la_police.html

Sud-Ouest

Deux enfants interpellés devant leur école

http://www.sudouest.com/accueil/actualite/article/596246/mil/4557798.html

24/08/2008

Jusqu’où ira l’hystérie pro-chinoise de Nicolas Sarkozy ? les libertés publiques sont gravement menacées !

2011803244.jpg

 

En effet : trois journalistes arrêtés, conduits en fourgon cellulaire au commissariat de police du VIIIème arrondissement et interrogé deux heures !… parce qu’il photographiaient une banderole pro-tibétaine à proximité de l’Ambassade de Chine à Paris ! C'est à lire sur 20 minutes : «Banderole pro-tibétaine à Paris: les trois journalistes interpellés relâchés» http://www.20minutes.fr/article/246060/France-Banderole-pro-tibetaine-a-Paris-les-trois-journalistes-interpelles-relaches.php  

 

Depuis quand est-il interdit de photographier dans la rue ?

Depuis quand les journalistes n’ont-ils plus le droit de faire leur métier ?

Depuis quand la police a-t-elle tous les droits ?

Depuis quand peut-on saisir le matériel photographique de journalistes qui ne font que leur métier ?

Depuis quand les règles françaises sont-elles dictées par Pékin ?

Depuis quand la liberté et l’indépendance de la presse sont-elles si gravement menacées ?

Depuis quand toutes les libertés publiques sont-elles aussi ouvertement en péril ?

 

J’ai trouvé toute seule la réponse : depuis le 6 mai 2007 !

N’est-elle pas belle, «la France d’après» ?

 

Cet épisode s'inscrit également dans une logique répressive et attentatoire à la liberté d'expression et de manifestation que l'on a vu à l’œuvre à Meaux http://kamizole.blog.lemonde.fr/2008/05/17/la-photo-du-jour-sarko-lara-beau-parleur-serait-il-au-zoo-a-tres-vite-empailler/  et à Vienne dans l'Isère, http://kamizole.blog.lemonde.fr/2008/05/21/les-flics-de-sarko-a-vienne-isere-font-encore-plus-fort-qua-melun/ où il s'agissait, pour la flicaille aux ordres, de dépouiller des militants venus protester contre Nicolas Sarkozy, de leurs banderoles, des autocollants, des tracts, revues et journaux... Sans aucune justification, si ce n'est que le Troll de l'Elysée ne veut pas que l'on passe des images de manifestants bien repérables au JT du soir !

 

J’avais beau subodorer beaucoup de choses et l’avoir écrit ! peu avant le 6 mai 2007 : «le sarkozysme est une maladie intellectuellement transmissible» http://kamizole.blog.lemonde.fr/2007/04/24/le-sarkozysme-une-maladie-intellectuellement-transmissible/  je ne pensais pas que cela atteindrait un tel point !

 

Nicolas Sarkozy a bien l’âme d’un dictateur ; au petit pied, talonnette comprise !

 

Légende de la banderole «China lies, Tibetans die» : Les chinois mentent, les tibétains meurent

 

 

 

 

 

 

 

17/08/2008

Y a-t-il un cerveau sous les képis ?

752915548.jpg

 

Trois affaires rapportées dans Libé, mettant en scène des policiers... Ras le képi ! ou plutôt : "y-a-il un cerveau en ordre de marche sous le képi ?"

 

«Se tirer une balle dans le pied» ? Un flic de Meaux l’a fait !...

 

Il faut lire Libé pour le croire… Un policier de Meaux, en délicatesse avec sa hiérarchie, s’est blessé à la main et au pied avec une arme (il n’a pas été assez stupide pour utiliser la sienne) pour faire croire qu’il avait été agressé par un cambrioleur.

Il voulait «redorer son blason» selon le titre de Libé… http://www.liberation.fr/actualite/societe/345421.FR.php

 

Mais la supercherie ayant été découverte, il risque bien plus sûrement la porte que la promotion !

 

Le racisme et la xénophobie «décomplexés» des flics de Sarko & Hortefeux : ça donne ça…

L’affaire est rapportée par Libé : Contrôle de paternité très zélé

http://www.liberation.fr/actualite/societe/345514.FR.php

 

Certes, Antoine B. a eu tort de passer un barrage et de couper un cordon de signalisation pour faire demi-tour avec son véhicule, mais la circulation à proximité du Bois de Boulogne était perturbée par un triathlon. Il est interpellé sans ménagement par deux gardiens de la paix ( ?) qui dit-il, lui ont «demandé mes papiers ainsi que ceux du véhicule et de mes filles en négligeant toute forme de politesse.»

 

Comme il conteste l’amende et refuse de signer, c’est le bouquet : "Si vous ne signez pas, on ne va pas perdre notre temps, on appelle les renforts et on vous enlève les enfants car ils ne vous ressemblent pas."».

 

Il eût été en effet étonnant qu’elles lui ressemblassent : ses deux petites filles – adoptives – sont d’origine asiatique…

 

Libé donne donc le conseil suivant : «Parents adoptifs, conservez votre livret de famille sur vous, surtout si vos enfants viennent d’un autre continent !»…

 

Mais même les papiers en règle ne suffisent pas forcément… On se souvient qu’une famille d’origine latino-américaine, vivant en Belgique avec des papiers tout à fait en règle (leur fille a même la nationalité Belge) s’est vu interpeller et retenir une semaine dans un CRA, alors même que dès le premier jour les autorités belges avaient signifié la validité de leurs papiers…

 

Quand la sarkonnerie est en marche c’est pire qu’un bulldozer : rien ne peut plus l’arrêter !

 

 

tu n’aimes pas ton prof  ? tu es fils de gendarme ? traite-le de connard !

 

500 euros d’amende pour le prof gifleur

http://www.liberation.fr/actualite/societe/345054.FR.php

 

Tout le monde se souvient de cette affaire : un prof, traité de connard par un élève, lui flanque une gifle… tout le monde est bien d’accord : gifler un élève (ou d’ailleurs quiconque) est un mauvais procédé, et c’est répréhensible.

 

Mais de là à ce que l’affaire passe au tribunal, c’est peut-être un peu gros…

 

Le père du morveux malappris, outré d’un tel châtiment, s’était présenté au collège et au commissariat , dans son uniforme de gendarme…

 

Je ne sais comment il réagirait si quelqu’un le traite de connard dans l’exercice de ses fonctions. S’il lui fout un pain, aurait-il encore raison devant son agresseur ?

 

Au-delà, force est de constater qu’il s’agit d’un bien piètre éducateur… tel père, tel fils ? quitte à me répéter (mémé Kamizole adore radoter, privilège de l’âge ?) je dirais une fois encore que si un jour son fiston si bien élevé lui fiche sur la gueule, il l’aura bien mérité !

 

Toujours est-il qu’il demandait, à titre de réparations financières, outre 1 euro symbolique, le remboursement de 1653 euros, pour les frais d’inscription de son fils dans le privé, jusqu’à sa troisième. Et puis quoi encore ? Un chauffeur en Rolls-Royce ? La demande a été jugée irrecevable. Il n’y a en effet aucun lien de causalité directe entre la gifle et le collège et s’il veut inscrire son rejeton dans le privé, c’est son problème (y serait-il mieux élevé ?)

Le prof quant à lui a été condamné à 5000 euros d’amende… D’après ce que j’ai entendu, il envisagerait de faire appel.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu