Avertir le modérateur

20/05/2009

«A bas l’Etat-policier» ! L’inquiétude monte en Sarkoland et il y a bien de quoi…

SARKO PABO.jpgLes jeunes générations ne sauraient connaître cette chanson «A bas l’Etat-policier» que j’attribuais sans doute à tort à Evariste et que Dominique du «Chasse-clou» http://dominiquehasselmann.blog.lemonde.fr/ me dit être plus sûrement de François Grange. J’avoue d’ailleurs que j’avais un doute à cet égard. Toujours est-il que je me souviens fort nettement que nous l’écoutions sur l’électrophone d’une copine quand j’étais élève-infirmière débutante à la fin de 1968…

 

Avec Nicolas Sarkozy les choses prennent une tourne plus qu’inquiétante pour nos libertés. Toute contestation semble désormais quasi «criminalisée» au sens du droit pénal. Je ne parle pas, bien entendu des actes de violence gratuite qui hélas accompagnent trop souvent les cortèges des manifestations et ne sont pas le fait des vrais manifestants qui les craignent au contraire.

 

De même qu’il est absolument intolérable que des malfrats utilisent dans certaines banlieues quasi des armes de guerre – ou des armes tout court - contre les policiers, vraisemblablement dans l’espoir de les intimider afin d’être libres de poursuivre leurs trafics.

 

L’Etat de droit nécessaire à la démocratie autant qu’à la vie quotidienne normale des habitants n’est pas compatible avec de telles «zones de non droit» et la police est tout à fait dans son rôle quand elle cherche à le rétablir. La Courneuve et autres banlieues ne doivent pas ressembler à certains quartiers de Chicago ou aux bas-fonds de New York sous la coupe des mafias.

 

Or donc, je reçois tout à l’heure un mail particulièrement alarmant de Pierre Ballouhey http://ballouhey.canalblog.com/. Et comme je n’ai nulle envie de paraphraser le texte qu’il me soumet – lequel émane d’un enseignant-chercheur - je me contenterais d’en faire un «copié-collé».

 

Par ailleurs - j’avais survolé l’info hier soir mais j’étais sur le point de fermer l’ordinateur avant d’aller dormir – Dominique m’envoie par mail un article du NouvelObs, concernant un enseignant de philo qui, s’étant trouvé à la Gare Saint-Charles de Marseille et indigné par les conditions de contrôles d’identité qu’il jugeait «musclés» s’était écrié «Sarkozy ! je te vois !», provoquant l’hilarité des passagers alentour…

 

Dieu ! quelle injure ! Il n’empêche : il a été traduit devant le tribunal de police et 100 euros d’amende sont requis, la police – qui n’a visiblement aucun sens de l’humour, on s’en serait bien douté ! - n’ayant retenu à son encontre que l’incrimination  de "tapage injurieux diurne troublant la tranquillité d'autrui"…

 

Il faut beaucoup d’imagination pour oser parler de «tapage» dans une gare internationale à une heure de grand trafic…Il aurait prononcé l’apostrophe incriminée deux fois, selon ce que j’ai lu sur «20 minutes»… Or la représentante du ministère public s’est proprement ridiculisée en disant : «D'après le PV, l'infraction a duré cinq minutes», souligne-t-elle à l'audience. "Sarkozy je te vois", je me suis chronométrée, je peux le dire deux fois en 10 secondes. Il doit l'avoir dit soixante fois !».

 

Elle extrapole visiblement, ce qui n’est nullement un gage de justice sereine… et que cela prouve-t-il ? sinon qu’elle a un souffle de marathonienne et un débit de kalachnikov !

 

L’affaire est mise en délibéré au 3 juillet. Ni la police ni la justice ne sortent grandies d’une telle bouffonnerie.

 

D’après ce que je lis sur un article de «20 minutes», le gouvernement, par la voix de Luc Chatel son porte-parole, se désolidariserait du Parquet de Marseille : «Ni le président de la République, ni le ministre de la Justice n'étaient informés de cette procédure, puisqu'elle a été initiée par le tribunal de police compétent en la matière»… A qui fera-t-on croire cela ? Nicolas Sarkozy et Rachida Dati n’ayant de cesse de tout contrôler et donner des instructions au Parquet…

 

Je ne peux résister à l’envie de citer in extenso le premier paragraphe de l’Edito de Laurent Joffrin – qui décidément me plait de plus en plus… rassurez vous : intellectuellement et politiquement parlant !  et traite l’affaire avec un certain humour – dans Libération :

 

«En Sarkozie, le manant n’a qu’à bien se tenir. Pour avoir usé sans manière du nom du souverain pour moquer benoîtement la maréchaussée, un précepteur provençal s’est retrouvé traduit devant la justice du Roy. L’ennui c’est que nous ne sommes pas sous l’Ancien Régime mais dans la France républicaine quelque trois siècles plus tard… L’affaire serait surtout risible et anachronique si plusieurs libertés qu’on pensait solidement établies depuis la chute de la monarchie n’avaient été à l’occasion franchement foulées aux pieds, comme le droit de s’exprimer ou encore celui d’aller et venir librement».

 

J’en reviens au mail envoyé par Pierre Ballohey et qui me semble nettement plus grave. Je rappelle qu’il émane d’un enseignant-chercheur qui est de surcroît journaliste à Politis.

 

*A DIFFUSER TRES LARGEMENT*


 «Je suis inquiet, très, très inquiet »..


Vendredi dernier, à titre de solidarité avec mes collègues enseignants de l’Université de Paris 8 engagés, en tant que titulaires et  chercheurs de l’Education Nationale, dans une opposition difficile à Valérie Pécresse, j’ai décidé de tenir mon cours sur la biodiversité et l’origine de la protection des espèces et des espaces, que je donne  habituellement dans les locaux du département de Géographie (où j’enseigne depuis 20 ans), dans l’espace du Jardin des Plantes (Muséum  National d’Histoire 
Naturelle), là où fut inventée la protection de la nature. Une façon, avec ce «cours hors les murs», de faire découvrir ces lieux aux étudiants et d’être solidaire avec la grogne actuelle mais sans les pénaliser avant leurs partiels.


Mardi, arrivé à 14 h 30, avant les étudiants, j’ai eu la surprise de  me voir interpeller dés l’entrée franchie par le chef du service de  sécurité, tout en constatant que les deux portes du 36 rue Geoffroy  Saint Hilaire était gardées par des vigiles...

-         « Monsieur Vadrot ?

-          euh...oui

-         -Je suis chargé de vous signifier que l’accès du Jardin des Plantes
vous est interdit.

-         Pourquoi ?

-         Je n’ai pas à vous donner d’explication....

-         Pouvez vous me remettre un papier me signifiant cette interdiction ?

-         Non, les manifestations sont interdites dans le Muséum

-         Il ne s’agit pas d’une manifestation, mais d’un cours en plein air,sans la moindre pancarte.

-         C’est non ! »

Les étudiants, qui se baladent déjà dans le jardin, reviennent vers l’entrée, le lieu du rendez vous. Le cours se fait donc, pendant une heure et demie, dans la rue, devant l’entrée du Muséum. Un cours qui porte sur l’histoire du Muséum, l’histoire de la protection de la nature, sur Buffon. A la fin du cours, je demande à nouveau à entrer pour effectuer une visite commentée du jardin. Nouveau refus, seuls les étudiants peuvent entrer, pas leur enseignant. Ils entrent et, je décide de tenter ma chance par une autre grille, rue de Buffon. Où je  retrouve des membres du service de sécurité qui, possédant manifestement mon signalement, comme les premiers, m’interdisent à nouveau l’entrée.


Evidemment, je finis par me fâcher et exige, sous peine de bousculer les vigiles, la présence du Directeur de la surveillance du Jardin des Plantes. Comme le scandale menace il finit par arriver. D’abord parfaitement méprisant, il finit pas me réciter mon CV et le contenu  de mon blog. Cela commence à ressembler à un procès politique, avec descriptions de mes opinions, faits et gestes. D’autres enseignants du département de Géographie, dont le Directeur Olivier Archambeau,  
président du Club des Explorateurs, Alain Bué et Christian Weiss, insistent et menacent d’un scandale.


Le directeur de la Surveillance, qui me dit agir au nom du Directeur du Muséum (où je pensais être honorablement connu), commençant sans doute à discerner le ridicule de sa situation, finit par nous faire une proposition incroyable, du genre de celle que j’ai pu entendre autrefois, comme journaliste, en Union soviétique?:


« Ecoutez, si vous me promettez de ne pas parler de politique à vos étudiants et aux autres professeurs, je vous laisse entrer et rejoindre les étudiants «


Je promets et, évidemment, ne tiendrai pas cette promesse, tant le propos est absurde. J’entre donc avec l’horrible certitude que, d’ordre du directeur et  
probablement du ministère de l’Education Nationale, je viens de faire l’objet d’une « interdiction politique ». Pour la première fois de mon existence, en France.


Je n’ai réalisé que plus tard, après la fin de la visite se terminant  au labyrinthe du Jardin des Plantes, à quel point cet incident était  extra-ordinaire et révélateur d’un glissement angoissant de notre  société. Rétrospectivement, j’ai eu peur, très 
peur...


Claude-Marie Vadrot,
journaliste à Politis et chargé de cours à Paris 8, souhaite diffuser 
largement ce message.

 

A n’en pas douter l’Etat de droit n’est pas respecté au Jardin des Plantes : c’est un lieu public et – comme tel – il devrait être accessible à quiconque ne trouble pas l’ordre public. Un simple cours universitaire représente-t-il un danger ? La réponse est à l’évidence : non.

 

Si l’on doit «surveiller et punir» - selon le titre d’un ouvrage de Michel Foucault – tous ceux qui expriment leurs désaccords avec la politique de Nicolas Sarkozy, du gouvernement et de l’UMP, les prétoires seront vite débordés, la France finissant par ressembler à une gigantesque prison, à moins que l’on nous mît tous dans des hôpitaux psychiatriques comme au bon vieux temps de l’ex-Urss !

 

SOURCES

 

20 minutes

«Sarkozy, je te vois»: le gouvernement regrette un «malheureux excès de zèle»

http://www.20minutes.fr/article/327491/France-Sarkozy-je-te-vois-le-gouvernement-regrette-un-malheureux-exces-de-zele.php

Cent euros d'amende requis contre celui qui a crié «Sarkozy, je te vois»

http://www.20minutes.fr/article/327225/Marseille-Cent-euros-d-amende-requis-contre-celui-qui-a-crie-Sarkozy-je-te-vois.php

Crier «Sarkozy, je te vois» est un «tapage injurieux diurne»

http://www.20minutes.fr/article/326269/France-Crier-Sarkozy-je-te-vois-est-un-tapage-injurieux-diurne.php

Le Figaro

Il crie «Sarkozy je te vois» : 100 euros d'amende requis

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/05/19/01016-20090519ARTFIG00536-il-crie-sarkozy-je-te-vois-100-euros-d-amende-requis-.php

Il crie "Sarkozy je te vois" et est poursuivi

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/05/14/01011-20090514FILWWW00557-il-crie-sarkozy-je-te-vois-et-est-poursuivi.php

Le Monde

"Sarkozy, je te vois" : 100 euros d'amende requis

http://abonnes.lemonde.fr/societe/article/2009/05/19/sarkozy-je-te-vois-100-euros-d-amende-requis_1195530_3224.html

Un Marseillais jugé pour avoir crié "Sarkozy je te vois"

http://abonnes.lemonde.fr/societe/article/2009/05/18/un-marseillais-juge-pour-avoir-crie-sarkozy-je-te-vois_1194982_3224.html

NouvelObs

Une amende de 100 euros requise pour avoir crié «Sarkozy, je te vois»

http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/politique/20090519.FAP2947/une_amende_de_100_euros_requise_pour_avoir_crie_sarkozy.html

Commentaires

je suis inquiet moi aussi... mon ami a été gazé, en marge de la visite de Sarkozy à Nancy.... et tout le monde s'en fout.... Les médias n'en parlent pas, le journal local non plus... Alliance de l'autoritarisme,d e l'excès des zèles des policiers, et de la censure de la presse.... résistance !

http://gauchedecombat.wordpress.com/2009/05/16/exemple-de-repression-n%C2%B0-4-un-elu-de-la-republique-gaze/

Écrit par : gauchedecombat | 20/05/2009

bonjour je t'ai associée à une chaine lancée par Nicolas. bien sur tu fais ce que tu veux

Écrit par : olympe | 20/05/2009

Bonjour - j'arrive de chez un pote - nous sommes beaucoup sur la même longueur d'onde - je n'hésite pas à dire net et clair que nous sommes entrès dans un régime de Culte de la Personnalité ( celui à qui rien ne saurait et ne doit s'opposer sous peine de sanctions cuisantes ) et sans avoir lu ici , dans mon dernier post je dénonce également cette dérive grâvissime , Les Libertès individuelles bafouées ! En Septembre la loi Hadopi 2 , si elle est votée , permettra un flickage total de tous les Citoyens sur Internet , avec les conséquences qu'on peut imaginer : Le Goulag se prépare - J'ai publié des docs pris dans le Monde : EFFARANT !!! amicalement à vous

Écrit par : La Bernache | 21/05/2009

Comme je te l'ai indiqué par mail hier soir, il ne s'agit pas, dans ton billet, de François Grange, mais de Dominique Grange, chanteuse emblématique de Mai 68 : sa chanson est facilement trouvable en tapant tout simplement son nom sur Google (elle existe en mp3, vite avant la mise en oeuvre d'Hadopi !).

L'affaire du prof de philo a été aussi évoquée sur Le Chasse-clou:

http://dominiquehasselmann.blog.lemonde.fr/2009/05/21/sarkozy-parce-qu%E2%80%99a-prononcer-son-nom-est-difficile/

Quant à Claude-Marie Vadrot, sa mésaventure remonte déjà à début avril (ce qui n'enlève rien à la réalité frappante des faits), et elle a fait abondamment le tour du Net.

Écrit par : Dominique Hasselmann | 22/05/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu