Avertir le modérateur

24/06/2008

Europe : la (grosse) Commission ou le "Léviathan" mais avec la "guerre de tous contre tous"

630286444.jpg 889450075.jpgPour mémoire, la thèse centrale de Hobbes (1588-1679) dans le Léviathan : l'homme, dans "l'état de nature", étant un loup pour l'homme (homo homini lupus) celui-ci, s'il veut être protégé de ses congénères et aux fins d'éviter la guerre de tous contre tous (bellum omnium contra omnes) doit conclure un "pacte social" en vertu duquel il abdique sa liberté en échange de la paix et la sécurité assurées par un pouvoir fort.

Or, il semble évident que l'Europe (des marchands contre les citoyens) telle qu'elle s'est construite, notamment depuis "l'Acte unique européen" (1981) et a fortiori depuis le Traité de Maastricht (1992) s'est transformée progressivement en un monstre - autant sur les plans juridique que pratique.

La Commission n'est en effet qu'un organe exécutif et qui plus est, ses membres sont nommés par les autorités exécutives des Etats-membres (lesquelles ne sont déjà que l'émanation fort indirecte du suffrage universel). Or, le contrôle des activités de la Commission par les parlements nationaux ainsi que celui-du Parlement européen (les seuls organes issus directement du suffrage universel) reste largement indigent.

Qui plus est, le fonctionnement de la Commission européenne n'a rien de démocratique et l'on y cultive davantage le culte du secret (comme certains des carrés de salades ou de plants de tomates dans leur jardin) que la transparence. C'était un des aspects non négligeables mis en avant par les partisans du "non" au référendum constitutionnel de 2005. Point qui fut mis en évidence avec talent par Laurent Fabius, ainsi que l'aberration de vouloir graver dans le marbre d'une Constitution les principes économiques ultra-libéraux... Une Constitution doit porter sur les institutions et leurs rapports entre elles. Point barre.

  • Or donc, la Commission européenne agit comme le Léviathan : elle supprime les libertés des autorités politiques (exécutif et législatif) des Etats-membres et donc, en dernière analyse, celles des citoyens. Et va bien au-delà de ses prérogatives, lesquelles devraient être limitées, laissant aux Etats-membres une certaine latitude pour appliquer les détails des directives dans l'ordre interne et s'interdisant d'intervenir dans les matières qui ne sont pas formellement de sa compétence, en vertu du "principe de subsidiarité", lequel fut théologique avant de devenir politique et s'appliquer notamment aux relations institutionnelles de l'Europe...

Las ! Nous voyons une Commission européenne intervenant dans tous les secteurs et les moindres détails avec une précision diabolique qui laisse peu de part à la liberté des Etats membres non plus qu'à celle des citoyens. N'a-t-elle pas, il y a peu, voulu interdire le "purin d'ortie" (au grand dam de tous les jardiniers amateurs qui ont la fibre quelque peu écolo) au prétexte qu'elle n'était pas inscrite sur un registre des produits phyto-sanitaires ?

Faux prétexte, à l'évidence... Ou plutôt controuvé pour couper l'herbe sous le pied (c'est bien le cas de le dire !) aux fabricants français qui n'appartiennent pas au monde des multinationales. C'est que la Commission européenne adhère pleinement à l'idéologie ultra-libérale : en dehors du tout marché, de la globalisation et de la mondialisation des échanges, point de salut !

  • Mais, dans le même temps, la Commission européenne est loin, bien au contraire, de nous défendre de la guerre (économique) de tous contre tous. Ni à l'intérieur de la Communauté européenne, ni vis à vis des Etats tiers (le fameux "tarif extérieur commun" a fait long feu, notamment sous les coups de boutoir du démantèlement des droits de douane par le Gatt - devenu par la suite l'OMC).

A l'intérieur de l'espace européen, la compétition économique et sociale fait rage entre tous les Etats-membres (l'économie est devenue une guerre, sous d'autres formes mais tout aussi meurtrière que celles du passé). C'est la loi de la jungle : homo homini lupus, le grand retour ! L'état de nature : le libre renard dans le libre poulailler...

Si la Commission européenne et les gouvernements des Etats-membres étaient conséquents (au sens vrai du terme : qui sait tirer des conséquences des principes et des faits) ils auraient harmonisé depuis l'origine les politiques sociales et fiscales, seul moyen d'éviter la compétition la plus sauvage entre les Etats-membres, dont les délocalisations, notamment vers la Pologne ou la Roumanie. Au lieu de pratiquer le "plus disant social", on nous inflige au contraire le moins disant.

La meilleure preuve étant l'accord sur le temps de travail que vient de parafer la Commission : non seulement l'horaire légal hebdomadaire y sera de 48 h mais il pourra aller jusqu'à 60 h voire plus, si affinités... On ne risque pas de parler de progrès social en ce qui concerne ces gens-là ! Cf mon article sur "Lait d'beu" : temps de travail illimité : Laurence Parisot et l'UM/Posture en rêvent... L'Europe de merde le fait ! http://kamizole.blog.lemonde.fr/2008/06/11/temps-de-trava...... on m'excusera pour l'écart de langage mais ils m'ont mis fort en colère !

Quant à l'extérieur, si les capitaux et les marchandises pénètrent comme du beurre dans l'espace économique européen (sinon, serions-nous submergés par la merde chinoise à bas prix  ?) l'Europe communautaire est bien, à l'égard des étrangers notamment venant d'Afrique (du Nord ou subsaharienne) ou de l'Europe de l'Est,  la "forteresse assiégée" dont parlait le Monde diplomatique (un article et un "Manière de voir" qui repris ce titre). Il suffit pour s'en convaincre, de se pencher sur la "directive de la honte" qui prévoit une "rétention administrative" des sans-papiers et/ou demandeurs d'asile (!) qui pourra aller jusqu'à 18 mois... quel crime en effet, que d'être sans-papiers, pauvre et/ou menacé de mort dans son pays... Brice Hortefeux fait des émules partout. A quand les camps de concentration et, pourquoi pas ? une fois qu'on est lancé : les fours crématoires... solution finale à la pauvreté du Tiers-Monde.

Enfin sur ces questions,  je ne peux que vous recommander la lecture du blog de l'excellent Roger Feltz : "Lettre au Monde de l'être au monde" http://rogerfelts.blog.lemonde.fr/rogerfelts et notamment deux articles récents : "Au nom du non" joliment sous-titré : "Il faut construire l’Europe en respectant les peuples" http://rogerfelts.blog.lemonde.fr/2008/06/18/au-nom-du-non/ et "Juridiquement mort"  http://rogerfelts.blog.lemonde.fr/2008/06/20/juridiquemen......

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu