Avertir le modérateur

30/05/2009

Quai d’Orsay : Bernard Kouchner «perd ses légumes» !

BERNARD KOUCHNER & ERIC CHEVALLIER QUAI D'ORSAY 21 SEPT 2008.jpgÇa «l’affiche» plutôt mal pour le ministre des Affaires étrangères : lire dans le «Canard Enchaîné» des télégrammes diplomatiques et des notes internes… Une enquête est donc ouverte pour retrouver la «taupe» apprends-je ce matin dans «20 minutes» : 

http://www.20minutes.fr/article/329263/France-Le-Quai-d-Orsay-porte-plainte-pour-fuite.php … Il doit y avoir au «Quai» quelqu’un qui n’apprécie guère «la politique étrangère de la France» et veut la faire connaître.

 

A mon avis, c’est très certainement la dernière «livraison» qui a mis le feu aux poudres : le 20 mai le «Canard Enchaîné» a publié des extraits d’un télégramme diplomatique indiquant que «la France et ses partenaires européens n’avaient pas l’intention de lier le renforcement des relations UE-Israël à la reconnaissance d’un Etat palestinien au gel des colonisations en Cisjordanie»…

 

Surprenant non ? Avec Nicolas Sarkozy et Bernard Kouchner aux commandes… On pouvait le subodorer, mais mieux vaut en avoir connaissance de source sûre.

 

Toujours est-il qu’il y a là, matière à se mettre à dos Barak Obama qui vient de plaider exactement le contraire !  http://www.20minutes.fr/article/329125/France-Obama-souhaite-la-creation-d-un-Etat-palestinien-et-la-fin-de-la-colonisation.php .

 

Très certainement, Nicolas Sarkozy et Koukouchpanier – trop stupides pour comprendre que deux Etats et l’arrêt des colonisations sauvages sont les conditions sine quanon d’une paix durable - entendent continuer à embrasser Benjamin Netanyahou et Avigdor Lieberman - chef de file du parti d'extrême droite Beitenou – à «Bush que veux-tu» !

27/05/2009

Lait d'Beu est réouvert mais... affecté d'un bug persistant...

J'avais chanté trop vite victoire vendredi... Je n'avais que le "tableau de bord" redevenu normal mais le bug principal - "blog inactif" http://kamizole.blog.lemonde.fr - persistait... Il m'aura fallu attendre ce lundi - 15 jours sans blog ! le précédent record : 9 jours en juin 2008 est désormais battu... - pour que Lait d'Beu soit - enfin - réactivé... Mais hélas, le tableau de bord normal a disparu et je retrouve à sa place une sorte de "menu" déroulant... particulièrement déroutant ! J'ai bien retrouvé les clefs de mon "chez moi" mais j'attendrais donc d'y retrouver totalement mes aîtres.

 

D'autant que les "vraies" m'interpellent : c'est le vrai bordel dans la "rakba" de mémé Kamizole ! et me sollicitent pour le traditionnel grand rangement-nettoyage de printemps. J'ai commencé à y sacrifier. pièce par pièce, fort méthodiquement, minutieusement et consciencieusement - je ne sais pas faire autrement ! même pour cela je suis une besogneuse. C'est la cuisine qui a ouvert le bal. Je garde les bibliothèques pour la fin. Sacré boulot, d'autant que j'ai encore acheté grand nombre de livres - sans me ruiner ! - à l'Opération-débarras de Montmorency, autrement dite ODER.

 

Je me ferai donc sans doute plus rare sur mes blogs pendant quelques temps. J'essaierai d'y travailler très tôt le matin. Je ne pense pas que je me léverai aussi tôt qu'à l'accoutumée - vers 3 heures du matin - car la fatigue devrait avoir raison de mes habitudes matutinales habituelles : ce matin je me suis réveillée vers 7 h et je n'ai même pas entendu le réveil à 6 h... c'est dire !

25/05/2009

Xavier Bertrand : «l’UMP c’est : tout pour les riches… rien pour les pauvres» !

XAVIER BERTRAND UN GROS BIEN GONFLE.jpgMême pas honte !… Bien entendu, il faut savoir lire entre les lignes. Mais c’est bien tout ce qui ressort d’un entretien donné récemment au Monde : «Il n’est pas question d’augmenter les impôts» http://abonnes.lemonde.fr/opinions/article/2009/05/04/xavier-bertrand-il-n-est-pas-question-d-augmenter-les-impots_1188573_3232.html  Surtout, ne lui dites pas que les «franchises médicales» sont un impôt déguisé - qui, de surcroît fait payer les seuls malades pour les malades : c’est ça, la solidarité, coco ! - il ne comprendrait pas, sa comprenette étant extrêmement limitée… inversement proportionnelle à sa masse corporelle - et surtout ! il ne vise que les impôts qui frappent les plus riches : entendre l’ISF qui ferait fuir les grosses fortunes. Antienne libérale connue mais démentie par les statistiques : seuls quelques pingouins émigrent…

 

Bon vent ! J’ai déjà dit et je le redis : l’économie peut bien tourner sans eux – et surtout nettement mieux : chez «ces gens-là» on compte tellement que les délocalisations sont la panacée ! - et pour le reste : des «Français» (?) comme ça, j’en fais au moins un tous les matins. Ensuite de quoi, je tire la chasse.

 

La France est d’ailleurs devenue un vrai «paradis fiscal» pour riches dorés sur tranche avec le «bouclier fiscal» qui coûte bonbon au budget de l’Etat – au minimum 12 milliards d’euros par an ! – et qui permet de surcroît que non seulement les plus nantis – les multimilliardaires – ne versent que des clopinettes à l’Etat mais qu’ils se voient reverser des sommes souvent astronomiques…

 

Pour les boute-en-train qui souhaiteraient faire rigoler lors d’un repas, je conseille la très instructive lecture d’un article du Figaro Peu de bénéficiaires pour le bouclier fiscal  http://www.lefigaro.fr/impots/2009/03/17/05003-20090317ARTFIG00249-peu-de-beneficiaires-pour-le-bouclier-fiscal-.php où l’on tente de nous faire croire qu’un certain nombre de bénéficiaires du bouclier fiscal seraient des pauvres, déclarant pour certains moins de 12991 euros par an, voire en-dessous de 3753 euros ! dont des Rmistes, propriétaires de leur résidence principale…

 

C’est oublier «qu’en valeur, 10% des Français les plus aisés ont absorbé, en 2007, 83% des restitutions du bouclier»… Cela ressemble furieusement à la disparité des subventions versées aux agriculteurs au titre de la PAC : les multinationales de l’agro-business percevant la part du lion !

 

«L’aveu»… non rien à voir avec le film de Costa-Gravas, interprété magistralement par Yves Montand. - encore que… sur le plan idéologique nous ayons bien à faire à une idéologie au moins aussi pernicieuse, délétère sinon carrément mortifère que feu le «communisme réel» de l’ex-Urss et de ses pays satellites… - il lâche carrément le morceau : «Et puis, dans la famille politique qui est la mienne et dont je suis secrétaire général, il n’est pas question d’augmenter les impôts»

 

Dormez braves gens ! Tous ceux qui «palpent» des millions d’euros plus ou moins bien gagnés – y compris dans les paradis fiscaux ! – et qui continuent de percevoir force dividendes, bonus faramineux, parachutes dorés et retraites «chapeau»… chapeau les artistes ! vous n’avez rien à craindre : en Sarkoland, c’est tous les jours la «Saint-Nicolas» pour vous…

 

Pour les «salauds de pauvres» ? Qu’ils ne prennent pas la peine de déposer leurs souliers devant l’âtre… Ils n’auraient même pas droit à l’orange qui faisaient naguère les délices des plus humbles : le Père Fouettard (associé à la Magaraude) tous les jours, Noël compris… «les pauvres peuvent payer» !

22/05/2009

Smic : les «salauds de pauvres toujours plus nombreux» !

C’est du moins la conclusion que je tire de ce que je viens de découvrir sur «L’écho de l’éco», rubrique du «15:15» supplément économique du Monde dont le titre – 14,1 % - pourrait paraître fort sibyllin si nous n’apprenions qu’il s’agit du nombre de Français payés au Smic au 1er juillet 2008 (étude du Dares, services statistiques de Bercy et du ministère du travail). Il s’agit d’une nette augmentation comparée à 2007 (12,9 %)…

 

Il est évident qu’en dépit des promesses de Nicolas Sarkozy – «travailler plus pour gagner plus» - sur fonds d’heures sup défiscalisées ce qui entraîna un sérieux «manque à gagner» pour le budget ! -  la situation économique française était déjà fort dégradée bien avant le krach boursier du 11 septembre 2008 et qu’au surplus, nombre de smicards ne firent sans doute pas autant d’heures supplémentaires qu’on nous l’affirmait.

 

On apprend ainsi qu’une forte proportion (46,1 %) des plus mal lotis seraient les employés des hôtels, cafés et restaurants sont payés au minimum légal ! Ceux-là même que la baisse de la TVA à 5,5 % est censée favoriser… Je dirais comme Daniel Cohn-Bendit au sujet de Rachida Dati que l’on ne verra sûrement jamais assidue à Strasbourg : "mon œil" ! Pour rester polie…

 

Cette hausse du nombre de smicards serait due pour l’essentiel aux fortes hausses du Smic en 2008 qui ne faisaient d’ailleurs que compenser une inflation galopante ! Si l’on traduit cela en termes économiques cela signifie tout simplement que les salaires juste au-dessus du SMIC n’ont pas été revalorisés… en d’autres termes on nomme cela «l’écrasement de l’échelle des salaires». Etonnez-vous ensuite de la paupérisation des classes moyennes !

 

Il est évident – le gouvernement excluant tout «coup de pouce» pour la revalorisation du Smic cette année - et compte tenu de l’aggravation fulgurante de la crise économique et du nombre de chômeurs, que la situation des «salauds de pauvres» ne fera qu’empirer.

 

Sans même parler des retraités qui, l’an dernier, n’ont eu droit qu’à 2 % de revalorisation de la retraite de la CNAV… Beaucoup percevant nettement moins encore que le Smic.

 

Nicolas Sarkozy et les patrons du COUAC-40 peuvent bien faire bombance… Leur appétit d’ogres n’en sera jamais troublé.

«COUAC-COUAC !» gouvernemental autour d’HADOPI : Nathalie Kosciusko-Morizet tacle Christine Albanel et Françoise de Panafieu

NATHALIE KOSIUSKO-MORIZET 15 JANV 2009.jpgRéjouissant ! D’autant plus que NKM refuse de pratiquer la langue de bois, ce qui lui valut déjà son poste de secrétaire d’Etat à l’environnement sur la question de l’autorisation des OGM quand elle s’en prit à la pleutrerie de Jean-Louis Borloo et de la majorité UMP à l’Assemblée nationale, ET que nous apprenions de surcroît qu’une poignée de parlementaires UMP – députés et sénateurs – accusaient tout bonnement certains parlementaires de se laisser "instrumentaliser" par Monsanto…

 

Lors d’un «chat» sur le site de Bakchich, tout en admettant qu’Hadopi pouvait avoir des «vertus pédagogiques» - hum ! hum ! quand on sait que sa disposition phare consiste à punir sans autre forme de procès et, qui plus est, en condamnant les internautes récidivistes à voir leur abonnement coupé mais à le payer quand même… - n’en considère pas moins «que c’est un échec collectif [...] d’être arrivés à une situation aussi conflictuelle»… Au-delà de Christine Albanel, visée à l’évidence quand bien même NKM chercherait-elle à arrondir les angles – «je ne lance la pierre à personne» - il ne faut pas être grand clerc pour y voir une critique de la «méthode Sarko» : passer en force et de la même brutalité dans les rangs de l’UMP, avec Jean-François Copé et Frédéric Lefebvre – notamment - en «chefs de meute» particulièrement remontés contre les socialistes.

 

Comme elle le souligne, elle est néanmoins obligée de s’inscrire dans «l’après Hadopi» et de chercher des solutions acceptables et innovantes avec le monde de la musique et «les autres secteurs potentiellement impactés par le numérique, pour qu’ils ne se laissent pas corneriser eux aussi»…

 

«Corneriser» ? J’avoue que le sens exact du terme m’échappe ! Soit il fait référence au corner – ou coup de pied de coin – bien connu des aficionados du foot-ball… mais dans ce cas, faut faire drôlement gaffe : on a déjà vu des défenseurs envoyer la balle dans leur propre but d’un coup de tête mal dirigé ! A moins, qu’il se s’agisse de «porter les cornes» : être fait cocu.

 

Enfin, NKM «tacle» également sans ménagement Françoise de Panafieu qui avait fait suivre un mail privé d’un cadre de TF1 - en charge précisément du numérique et opposé à ce titre à la logique d’Hadopi – au cabinet de Christine Albanel où un haut responsable de son entourage n’avait rien trouvé de mieux à faire qu’envoyer le courriel à la direction de TF1 où la direction avait congédié Jérôme Bourreau – «premier martyr d’Hadopi» - sur le champ !

 

«C’était une vraie erreur de faire suivre ce mail. C’est une facilité technique que de faire suivre, mais il ne faut pas oublier qu’un mail, c’est une correspondance personnelle»… Et toc !

 

SOURCES

20 minutes

Nathalie Kosciusko-Morizet: Hadopi est «un échec collectif»

http://www.20minutes.fr/article/327549/High-Tech-Nathalie-Kosciusko-Morizet-Hadopi-est-un-echec-collectif.php

Le Figaro

Hadopi : un "échec collectif" (NKM)

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/05/20/01011-20090520FILWWW00549-hadopi-un-echec-collectif-nkm.php

La police de Sarko «cueille» les marmots à l’école pour un vol de vélo… même pas vrai !

ECOLE LOUIS ARAGON FLOIRAC RODEO POLICIER.jpg

Je ne sais plus combien on m’a volé de vélos. Deux ou trois, la dernière fois à la Gare d’Enghien. Un 1er mai. Je rentrais très tard le soir de Blois où j’étais allé voir ma mère qui était hospitalisée. Je n’ai trouvé que l’anti-vol… coupé ! Je ne vous dis pas ma colère ! J’ai remonté la rue des Chesneaux au pas de charge… L’anti-vol à la main. Je vous jure que si j’avais été agressée c’eût été une bien redoutable arme de défense ! Cette fois-là, je n’ai pas porté plainte. Le lendemain j’achetai une 2 CV pour aller travailler…

 

Toujours est-il que lorsque je portai plainte en 1980 au commissariat de Saint-Jean-de-la-Ruelle pour vol de vélo les pandores ne l’ont jamais retrouvé et je doute qu’ils s’y soient employés… Le premier vélo, je ne me souviens plus. Mais dans ces deux derniers cas, je souriais en pensant au voleur ! et surtout à la curieuse dégaine qu’il devait avoir dessus : depuis mon accident de moto, une jambe devenue plus courte et un genou qui ne se fléchit pas assez m’obligent à avoir une pédale raccourcie de moitié… C’est mon kiné de l’époque qui m’équipait ainsi pour la rééducation, lorsque retrouvant le droit à l’appui, il me mettait une demi-heure sur le vélo.

 

Tout ça pour dire que les policiers de Cenon (Gironde) prennent leur métier drôlement plus à cœur ! Il faut lire cela pour le croire… Mon amie Circé-45 http://circe45.over-blog.com/article-31690417.html... a écrit un article aujourd’hui et j’ai trouvé l’info en parcourant la page d’accueil de Wikio… Un article du NouvelObs et quelques autres lus par la suite.

 

Deux voitures de police et six agents de police mobilisés mardi19 mai 2009 pour cueillir à la sortie de l’école Louis Aragon de Floirac en Gironde deux garçons – 6 et 10 ans – et les emmener, avec les vélos, au commissariat… Il est évident qu’avec de si dangereux criminels – l’enfant de 6 ans aurait reconnu avoir «emprunté» le vélo selon Albert Doutre, Directeur département de la sécurité publique… mais la mère de l’enfant de 10 ans a fourni une attestation sur l’honneur d’un adjudant-chef de la base aérienne de Mérignac qui lui avait offert le vélo – il n’y a pas d’autre modus operandi possible : au gnouf !

 

C’est d’ailleurs ce que soutiennent avec la même conviction tant Albert Doutre directeur départemental de la sécurité publique – pour qui c’est un «non-événement» ! - que le commissaire divisionnaire Olivier Le Gouestre, directeur départemental adjoint  : «Quand on a une plainte entre les mains pour un vol, et des indices nous permettant d'identifier un suspect, même s'il s'agit d'un mineur, on se doit de réagir»

 

Sans doute. Mais les conditions même de l’interpellation sont plus que contestables. Comme le souligne la mère d’Hicham (10 ans) : elle aurait préféré que la police "aille voir le directeur (de l'école), qu'ils demandent les coordonnées du gamin et qu'ils viennent à la maison ou qu'ils nous convoquent".

 

D’ailleurs, selon Sud-Ouest qui relate «l’affaire», la plaignante qui pensait – en voyant arriver Hicham à l’école mardi matin - que le vélo pouvait correspondre à celui qui avait été volé, aurait d’abord demandé au directeur de l’école de confisquer le vélo… ce qu’il a refusé de faire. Elle aurait finalement déposé plainte et quelques instants plus tard, le directeur aurait reçu un appel d’un policier à qui il donnait le numéro de téléphone des parents d’Hicham… L’enquêteur disant «vouloir essayer de régler ça tranquillement»… On a vu comme !

 

De surcroît je note dans les articles que j’ai lus une sérieuse contradiction entre les versions. Selon Albert Doutre, la mère aurait porté plainte dès le dimanche… Et si l’on s’en tient à ce qui est écrit dans Sud-Ouest, il semblerait plutôt que ce soit le mardi.

 

Ce que je n’arrive pas à comprendre, sachant qu’il y a deux vélos volés dans cette histoire à dormir debout, c’est que si apparemment le seul «emprunt» avoué serait celui du vélo du garçonnet de 6 ans, la plaignante se soit ainsi acharnée sur Hicham, embarqué dans la foulée : «Un autre élève de 10 ans soupçonné d'être au guidon d'un vélo volé a été aussi interpellé» lis-je, toujours dans sud-Ouest.

 

Cette bonne femme n’a pas de chance ! Se faire «chourer» deux vélos en même temps – elle doit être sacrément négligente ! - et penser retrouver les deux voleurs quasi au même endroit… J’y verrais plutôt quant à moi un sacré relent de racisme ! Ce que ne démentira sûrement pas Circé qui narrait un épisode similaire arrivé à ses deux filles un peu trop «colorées» aux yeux des émules de Le Pen. «Un enfant avait été vu par le voisinage et la plaignante savait où il était scolarisé» selon le commissaire divisionnaire commissaire divisionnaire Olivier Le Gouestre.  

 

La police de Sarko me semble furieusement être de la même eau que celle de Vichy : il suffit de dénoncer ! Tous les jours un pas supplémentaire vers la «facho attitude»…

 

Ne croyez pas pour autant que je fasse mienne l’apostrophe de Proudhon «la propriété c’est le vol» qui ne visait d’ailleurs pas nos maigres biens mais ceux, toujours aussi mal acquis aujourd’hui des «barons voleurs» aussi rapaces et gloutons qu’hier ! Ceux-là, il faudra bien qu’ils finissent par rendre gorge un jour ou l’autre…

 

Le respect des biens d’autrui fait partie de l’éducation bien comprise, qu’elle soit dispensée dans les familles ou par les enseignants et autres éducateurs. Sans doute suis-je d’une autre époque. Mais ce n’est sûrement pas en faisant entrer les flics à l’école ou en transformant les chefs d’établissements en officiers de police judiciaire – absurde mélange des genres ! – comme le proposerait Xavier Darcos, ais-je entendu tout à l’heure sur France-Info.

 

Une société «policée» n’a pas à se transformer en société «policière» !

 

Il reste qu’Albert Doutre aura beau apporter son soutien aux policiers et «soutenir et assumer entièrement jusqu’au bout ce qui a été fait» (…) dans le cadre des lois de la République», on ne saurait le suivre lorsqu’il a le culot de prétendre que «les services de police ont agi avec le tact et le discernement nécessaires et sans excès»…

 

Il considère que cette «affaire banale» prend un tournant polémique surprenant». Mais ce qui est précisément inquiétant c’est qu’il la considère comme «banale» ! La police de Sarko a désormais tous les droits. Nous – je suis loin d’être la seule à m’en inquiéter ! - n’arrêtons pas de le souligner, devant les atteintes réitérées quasi chaque jour aux libertés tant publiques que privées.

 

Non ! Cette affaire n’a rien de «banal»… tout au contraire. Et si les policiers ont bien respecté la lettre des lois de la République – la procédure stricto sensu – ils se sont bien assis sur leur esprit en oubliant tout simplement un principe fondamental qui s’applique notamment aux forces de police : le «principe de proportionnalité» qui doit exister entre les moyens mis en œuvre, l’infraction et l’âge des mis en cause…

 

Un article récent du Monde faisait état du malaise grandissant entre la population et la police. Une telle affaire n’est pas faite pour le dissiper, tout au contraire ! Et si les plus jeunes commencent à trembler devant la police, n’y voyant que des ennemis au lieu d’un recours ou d’un secours possible en cas de problème, cela augure mal de l’avenir.

 

Et comme le souligne avec pertinence l’article de «20 minutes» : «Cette affaire intervient quelques semaines après la parution d’un rapport de la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS) dénonçant des actes de «violence illégitime» des forces de l’ordre envers les moins de 18 ans».

 

La mère d’Hicham a parfaitement raison : «Je veux que les conditions d'interpellation de mon fils se sachent parce qu'on ne peut pas laisser faire des choses comme ça. Il y avait d'autres façons de procéder pour vérifier si le vélo était le sien ou pas» Le moins que l’on puisse dire est qu’elle a atteint son but. Le Landerneau de la politique et de la presse en est tout secoué !

 

Sans le véritable tollé médiatique déclenché par cette lamentable affaire, l’UMP l’aurait-elle condamnée ? J’avoue nourrir quelques doutes… d’abord parce que c’est dans le droit fil de ce que veut Sarko qui n’a que les termes réprimer et punir tant à la bouche qu’à l’esprit, qu’il a étroit et mesquin. Ce n’est au demeurant qu’une autre facette de sa politique «d’ouverture» : en direction de l’électorat de Le Pen.

 

Frédéric Lefebvre trouve le procédé «inadmissible», le prolixe porte-parole de l’UMP demandant une enquête «sur les conditions de cette interpellation, les raisons pour lesquelles la police n'a, semble-t-il, pas prévenu les parents et a jugé indispensable de procéder comme elle l'a fait», ajoutant : «il est inadmissible de se comporter avec un enfant de six ans comme s'il était un adulte, sans interroger ses parents et en intervenant sur le lieu de l'école sans démarches à l'endroit de la famille».

 

Ce qui tombe sous le sens commun… pour une fois qu’il ne dit pas de stupidités ! nous ne devons toutefois pas oublier qu’il a également une position ultra-sécuritaire et quasi inquisitoriale du fichage très précoce des bambins agressifs ou prétendus tels…

 

Plutôt que d’adopter une posture ridicule et bien vaine, je conseillerais à Albert Doutre de méditer Osée 8-7 : «qui sème le vent récolte la tempête»… Médiatiquement parlant, elle souffle grave !

 

SOURCES

Le Figaro

Arrêtés devant l’école pour un vélo

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/05/21/01011-20090521FILWWW00265-arretes-devant-lecole-pour-un-velo.php

Enfants interpellés : "inadmissible" (UMP)

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/05/21/01011-20090521FILWWW00359-enfants-interpelles-inadmissible-ump.php

Le Monde

Deux enfants soupçonnés de vol de vélo interpellés à la sortie de l'école

http://abonnes.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-39365787@7-37,0.html

Le Point

SOUPÇONNÉS D'UN VOL DE VÉLO - Deux garçons de 6 et 10 ans interpellés devant leur école

http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2009-05-21/soupconnes-d-un-vol-de-velo-deux-garcons-de-6-et-10-ans-interpelles-devant-leur-ecole/920/0/345613

L’Express

SOUPÇONNÉS D'UN VOL DE VÉLO - Deux garçons de 6 et 10 ans interpellés devant leur école

http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2009-05-21/soupconnes-d-un-vol-de-velo-deux-garcons-de-6-et-10-ans-interpelles-devant-leur-ecole/920/0/345613

Libé-Lyon

Deux enfants soupçonnés de vol de vélo interpellés à la sortie de l'école

http://abonnes.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-39365787@7-37,0.html

NouvelObs

Enfants arrêtés : une affaire banale pour la police

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/societe/20090521.OBS7581/enfants_arretes__une_affaire_banale_pour_la_police.html

Sud-Ouest

Deux enfants interpellés devant leur école

http://www.sudouest.com/accueil/actualite/article/596246/mil/4557798.html

21/05/2009

Retour de Lait d'Beu sur le Monde.fr : j'ai chanté trop vite victoire !

Hé ! oui... J'ai bien retrouvé mon tableau de bord habituel... mais toujours impossible de poster un article ! Ce que je n'ai pas essayé de faire hier soir. Je n'avais qu'une envie : aller dormir...

 

Snif ! snif ! Il ne me reste plus qu'à reprendre un "ticket" pour saisir l'équipe des administrateurs et les informer que cela ne marche toujours pas ! Je pensais hier ne point atteindre le 12e jour sans blog... Voilà, c'est fait !

 

Il m'étonnerait que ce soit réglé un jour férié.

lait d'beu : le retour... mémé Kamizole a failli attendre !

Hé ! oui... Le record de juin 2008 est battu ! il était de 9 jours et désormais il sera de 11 journées sans pouvoir "entrer chez moi". J'imagine sans difficulté l'impression de quelqu'un qui rentrant de vacances n'arrive plus à faire tourner la clef dans la serrure : elle a été changée. Sauf qu'en l'occurrence je n'avais heureusement pas affaire à des squatters mais à un bug durable.

 

Hier sor, vers 21 h, je m'apprêtais à fermer l'ordinateur avant d'aller faire un gros dodo - je m'étais levée à 4 heures et n'avais pas sacrifié à la sieste - je clique sans trop y croire sur l'icône de Lait d'Beu et là, grosse surprise : je retrouve mon tableau de bord habituel, comme si de rien n'était... Vous dire si j'étais contente !

 

Or donc, le jour de l'Ascension 2009 ne sera pas le 12e jour sans Lait d'Beu...

 

Toutefois je ne travaillerai pas beaucoup aujourd'hui... Je vais aller à l'Oder - vénérable et fort sympathique institution montmorencéenne : une gigantesque vente de charité dont c'est la 45e édition ! - dont je ne sais si j'aurais ce matin le temps de parler, comme je le fais habituellement tous les ans...

 

Mais j'espère ne pas oublier de glisser mon appareil photo dans ma poche...

20/05/2009

«A bas l’Etat-policier» ! L’inquiétude monte en Sarkoland et il y a bien de quoi…

SARKO PABO.jpgLes jeunes générations ne sauraient connaître cette chanson «A bas l’Etat-policier» que j’attribuais sans doute à tort à Evariste et que Dominique du «Chasse-clou» http://dominiquehasselmann.blog.lemonde.fr/ me dit être plus sûrement de François Grange. J’avoue d’ailleurs que j’avais un doute à cet égard. Toujours est-il que je me souviens fort nettement que nous l’écoutions sur l’électrophone d’une copine quand j’étais élève-infirmière débutante à la fin de 1968…

 

Avec Nicolas Sarkozy les choses prennent une tourne plus qu’inquiétante pour nos libertés. Toute contestation semble désormais quasi «criminalisée» au sens du droit pénal. Je ne parle pas, bien entendu des actes de violence gratuite qui hélas accompagnent trop souvent les cortèges des manifestations et ne sont pas le fait des vrais manifestants qui les craignent au contraire.

 

De même qu’il est absolument intolérable que des malfrats utilisent dans certaines banlieues quasi des armes de guerre – ou des armes tout court - contre les policiers, vraisemblablement dans l’espoir de les intimider afin d’être libres de poursuivre leurs trafics.

 

L’Etat de droit nécessaire à la démocratie autant qu’à la vie quotidienne normale des habitants n’est pas compatible avec de telles «zones de non droit» et la police est tout à fait dans son rôle quand elle cherche à le rétablir. La Courneuve et autres banlieues ne doivent pas ressembler à certains quartiers de Chicago ou aux bas-fonds de New York sous la coupe des mafias.

 

Or donc, je reçois tout à l’heure un mail particulièrement alarmant de Pierre Ballouhey http://ballouhey.canalblog.com/. Et comme je n’ai nulle envie de paraphraser le texte qu’il me soumet – lequel émane d’un enseignant-chercheur - je me contenterais d’en faire un «copié-collé».

 

Par ailleurs - j’avais survolé l’info hier soir mais j’étais sur le point de fermer l’ordinateur avant d’aller dormir – Dominique m’envoie par mail un article du NouvelObs, concernant un enseignant de philo qui, s’étant trouvé à la Gare Saint-Charles de Marseille et indigné par les conditions de contrôles d’identité qu’il jugeait «musclés» s’était écrié «Sarkozy ! je te vois !», provoquant l’hilarité des passagers alentour…

 

Dieu ! quelle injure ! Il n’empêche : il a été traduit devant le tribunal de police et 100 euros d’amende sont requis, la police – qui n’a visiblement aucun sens de l’humour, on s’en serait bien douté ! - n’ayant retenu à son encontre que l’incrimination  de "tapage injurieux diurne troublant la tranquillité d'autrui"…

 

Il faut beaucoup d’imagination pour oser parler de «tapage» dans une gare internationale à une heure de grand trafic…Il aurait prononcé l’apostrophe incriminée deux fois, selon ce que j’ai lu sur «20 minutes»… Or la représentante du ministère public s’est proprement ridiculisée en disant : «D'après le PV, l'infraction a duré cinq minutes», souligne-t-elle à l'audience. "Sarkozy je te vois", je me suis chronométrée, je peux le dire deux fois en 10 secondes. Il doit l'avoir dit soixante fois !».

 

Elle extrapole visiblement, ce qui n’est nullement un gage de justice sereine… et que cela prouve-t-il ? sinon qu’elle a un souffle de marathonienne et un débit de kalachnikov !

 

L’affaire est mise en délibéré au 3 juillet. Ni la police ni la justice ne sortent grandies d’une telle bouffonnerie.

 

D’après ce que je lis sur un article de «20 minutes», le gouvernement, par la voix de Luc Chatel son porte-parole, se désolidariserait du Parquet de Marseille : «Ni le président de la République, ni le ministre de la Justice n'étaient informés de cette procédure, puisqu'elle a été initiée par le tribunal de police compétent en la matière»… A qui fera-t-on croire cela ? Nicolas Sarkozy et Rachida Dati n’ayant de cesse de tout contrôler et donner des instructions au Parquet…

 

Je ne peux résister à l’envie de citer in extenso le premier paragraphe de l’Edito de Laurent Joffrin – qui décidément me plait de plus en plus… rassurez vous : intellectuellement et politiquement parlant !  et traite l’affaire avec un certain humour – dans Libération :

 

«En Sarkozie, le manant n’a qu’à bien se tenir. Pour avoir usé sans manière du nom du souverain pour moquer benoîtement la maréchaussée, un précepteur provençal s’est retrouvé traduit devant la justice du Roy. L’ennui c’est que nous ne sommes pas sous l’Ancien Régime mais dans la France républicaine quelque trois siècles plus tard… L’affaire serait surtout risible et anachronique si plusieurs libertés qu’on pensait solidement établies depuis la chute de la monarchie n’avaient été à l’occasion franchement foulées aux pieds, comme le droit de s’exprimer ou encore celui d’aller et venir librement».

 

J’en reviens au mail envoyé par Pierre Ballohey et qui me semble nettement plus grave. Je rappelle qu’il émane d’un enseignant-chercheur qui est de surcroît journaliste à Politis.

 

*A DIFFUSER TRES LARGEMENT*


 «Je suis inquiet, très, très inquiet »..


Vendredi dernier, à titre de solidarité avec mes collègues enseignants de l’Université de Paris 8 engagés, en tant que titulaires et  chercheurs de l’Education Nationale, dans une opposition difficile à Valérie Pécresse, j’ai décidé de tenir mon cours sur la biodiversité et l’origine de la protection des espèces et des espaces, que je donne  habituellement dans les locaux du département de Géographie (où j’enseigne depuis 20 ans), dans l’espace du Jardin des Plantes (Muséum  National d’Histoire 
Naturelle), là où fut inventée la protection de la nature. Une façon, avec ce «cours hors les murs», de faire découvrir ces lieux aux étudiants et d’être solidaire avec la grogne actuelle mais sans les pénaliser avant leurs partiels.


Mardi, arrivé à 14 h 30, avant les étudiants, j’ai eu la surprise de  me voir interpeller dés l’entrée franchie par le chef du service de  sécurité, tout en constatant que les deux portes du 36 rue Geoffroy  Saint Hilaire était gardées par des vigiles...

-         « Monsieur Vadrot ?

-          euh...oui

-         -Je suis chargé de vous signifier que l’accès du Jardin des Plantes
vous est interdit.

-         Pourquoi ?

-         Je n’ai pas à vous donner d’explication....

-         Pouvez vous me remettre un papier me signifiant cette interdiction ?

-         Non, les manifestations sont interdites dans le Muséum

-         Il ne s’agit pas d’une manifestation, mais d’un cours en plein air,sans la moindre pancarte.

-         C’est non ! »

Les étudiants, qui se baladent déjà dans le jardin, reviennent vers l’entrée, le lieu du rendez vous. Le cours se fait donc, pendant une heure et demie, dans la rue, devant l’entrée du Muséum. Un cours qui porte sur l’histoire du Muséum, l’histoire de la protection de la nature, sur Buffon. A la fin du cours, je demande à nouveau à entrer pour effectuer une visite commentée du jardin. Nouveau refus, seuls les étudiants peuvent entrer, pas leur enseignant. Ils entrent et, je décide de tenter ma chance par une autre grille, rue de Buffon. Où je  retrouve des membres du service de sécurité qui, possédant manifestement mon signalement, comme les premiers, m’interdisent à nouveau l’entrée.


Evidemment, je finis par me fâcher et exige, sous peine de bousculer les vigiles, la présence du Directeur de la surveillance du Jardin des Plantes. Comme le scandale menace il finit par arriver. D’abord parfaitement méprisant, il finit pas me réciter mon CV et le contenu  de mon blog. Cela commence à ressembler à un procès politique, avec descriptions de mes opinions, faits et gestes. D’autres enseignants du département de Géographie, dont le Directeur Olivier Archambeau,  
président du Club des Explorateurs, Alain Bué et Christian Weiss, insistent et menacent d’un scandale.


Le directeur de la Surveillance, qui me dit agir au nom du Directeur du Muséum (où je pensais être honorablement connu), commençant sans doute à discerner le ridicule de sa situation, finit par nous faire une proposition incroyable, du genre de celle que j’ai pu entendre autrefois, comme journaliste, en Union soviétique?:


« Ecoutez, si vous me promettez de ne pas parler de politique à vos étudiants et aux autres professeurs, je vous laisse entrer et rejoindre les étudiants «


Je promets et, évidemment, ne tiendrai pas cette promesse, tant le propos est absurde. J’entre donc avec l’horrible certitude que, d’ordre du directeur et  
probablement du ministère de l’Education Nationale, je viens de faire l’objet d’une « interdiction politique ». Pour la première fois de mon existence, en France.


Je n’ai réalisé que plus tard, après la fin de la visite se terminant  au labyrinthe du Jardin des Plantes, à quel point cet incident était  extra-ordinaire et révélateur d’un glissement angoissant de notre  société. Rétrospectivement, j’ai eu peur, très 
peur...


Claude-Marie Vadrot,
journaliste à Politis et chargé de cours à Paris 8, souhaite diffuser 
largement ce message.

 

A n’en pas douter l’Etat de droit n’est pas respecté au Jardin des Plantes : c’est un lieu public et – comme tel – il devrait être accessible à quiconque ne trouble pas l’ordre public. Un simple cours universitaire représente-t-il un danger ? La réponse est à l’évidence : non.

 

Si l’on doit «surveiller et punir» - selon le titre d’un ouvrage de Michel Foucault – tous ceux qui expriment leurs désaccords avec la politique de Nicolas Sarkozy, du gouvernement et de l’UMP, les prétoires seront vite débordés, la France finissant par ressembler à une gigantesque prison, à moins que l’on nous mît tous dans des hôpitaux psychiatriques comme au bon vieux temps de l’ex-Urss !

 

SOURCES

 

20 minutes

«Sarkozy, je te vois»: le gouvernement regrette un «malheureux excès de zèle»

http://www.20minutes.fr/article/327491/France-Sarkozy-je-te-vois-le-gouvernement-regrette-un-malheureux-exces-de-zele.php

Cent euros d'amende requis contre celui qui a crié «Sarkozy, je te vois»

http://www.20minutes.fr/article/327225/Marseille-Cent-euros-d-amende-requis-contre-celui-qui-a-crie-Sarkozy-je-te-vois.php

Crier «Sarkozy, je te vois» est un «tapage injurieux diurne»

http://www.20minutes.fr/article/326269/France-Crier-Sarkozy-je-te-vois-est-un-tapage-injurieux-diurne.php

Le Figaro

Il crie «Sarkozy je te vois» : 100 euros d'amende requis

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/05/19/01016-20090519ARTFIG00536-il-crie-sarkozy-je-te-vois-100-euros-d-amende-requis-.php

Il crie "Sarkozy je te vois" et est poursuivi

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/05/14/01011-20090514FILWWW00557-il-crie-sarkozy-je-te-vois-et-est-poursuivi.php

Le Monde

"Sarkozy, je te vois" : 100 euros d'amende requis

http://abonnes.lemonde.fr/societe/article/2009/05/19/sarkozy-je-te-vois-100-euros-d-amende-requis_1195530_3224.html

Un Marseillais jugé pour avoir crié "Sarkozy je te vois"

http://abonnes.lemonde.fr/societe/article/2009/05/18/un-marseillais-juge-pour-avoir-crie-sarkozy-je-te-vois_1194982_3224.html

NouvelObs

Une amende de 100 euros requise pour avoir crié «Sarkozy, je te vois»

http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/politique/20090519.FAP2947/une_amende_de_100_euros_requise_pour_avoir_crie_sarkozy.html

Alli, petite pilule miracle anti-obésité vendue sans ordonnance : on tire la chasse !

ALLI - PILULE ANTIOBESITE.jpgMaigrir est un sport dangereux ! Je n’arrive pas à retrouver le nom d’une molécule qui fit de grands ravages et qui bien qu’elle ait été alors interdite, ma sœur qui s’intéressait à la question, enrageait de voir encore il y a une vingtaine d’années présentes dans des aliments de régime vendus en grande surface !… Sans doute quelque amphétamine anorexigène… De la bombe !

 

Plus près de nous, il y eut des pilules amaigrissantes préparées dans une pharmacie parisienne selon la criminelle ordonnance d’un docteur Mabuse qui firent de grands dégâts – quelques décès pour autant que je m’en souvienne… Il prescrivait des extraits thyroïdiens !

 

Forts utiles pour les personnes atteintes d’hypothyroïdie mais très dangereux pour les autres, d’autant qu’il est recommandé de ne pas les utiliser en cas d’obésité sans hypothyroïdie : inutiles à faibles doses et dangereuses – notamment pour le cœur – à fortes doses, surtout en cas d’association avec des substances amphétaminiques : anorexigènes… Je ne sais si la préparation incriminée en contenait.

 

En 2006, nous eûmes droit à une nouvelle molécule «miracle» – le rimonabant, commercialisée sous le nom «d’Acomplia» par Sanofi-Aventis… dont je me doutais bien qu’il s’agissait moins d’aider les obèses à maigrir qu’à obtenir le futur «block-buster» : médicament générant un chiffre d’affaires d’au moins 1 milliard de dollars par an…

 

Je suis stupéfaite de la vitesse à laquelle aujourd’hui les multinationales obtiennent les autorisations de mise sur le marché (AMM en France).

 

Je doute que toutes les précautions aient le temps d’être vraiment prises et les essais cliniques suffisamment longs. Si vous y ajoutez des «experts» - rétribués par les firmes pharmaceutiques ! - qui parfois les manipulent, il est facile de comprendre pourquoi alors qu’ils assuraient les autorités compétentes de l’innocuité du médicament, celui-ci se révèle parfois très dangereux quand il est prescrit…

 

Ne croyez pas que je sois atteinte d’une quelconque «théorie du complot». Je base ma réflexion sur des faits précis. Je ne peux accéder actuellement aux archives de Lait d’Beu mais il y eut dans le passé un expert qui – rétribué par les producteurs de cigarettes américains – affirmait toute honte bue que fumer ne provoquait pas de cancers du poumon. Un autre – stipendié par les producteurs d’amiante – qui refusait de reconnaître la survenue de cancers de la plèvre chez les personnes travaillant avec l’amiante…

 

Or, récemment j’appris sur l’excellent blog «Les mots ont un sens» http://www.lesmotsontunsens.com/scandale-grande-ampleur-industrie-pharmaceutique-3706 qu’un prestigieux expert venait d’être pris la main dans le sac… à mensonges ! Ainsi, «le Dr Scott S. Reuben aurait fabriqué de toutes pièces la plupart des données de ses recherches, depuis 1996, au profit de plusieurs géants pharmaceutiques. Pfizer et Merck notamment»

 

Dont le fameux Vioxx de Merck, médicament largement utilisé contre l’arthrite dont la FDA estime qu’il a provoqué aux Etats-Unis depuis 1999 160 000 crises cardiaques et attaques cérébrales et serait à l'origine de 27 785 décès et que Merck a fini par retirer du marché en 2004, non seulement sous la pression de rumeurs de plus en plus insistantes faisant état de sa dangerosité mais surtout ! parce que les patients ou leurs ayants-droit cherchaient noise au laboratoire devant les tribunaux américains… Mauvaise presse et sans doute dommages-intérêts fort considérables en prévision.

 

Pour en revenir à Acomplia, en mars 2006 je ne comprenais pas pourquoi, alors que la «Food Drug Administration» (FDA) américaine avait refusé l’autorisation de mise sur le marché invoquant une dangerosité potentielle - dont à l’époque je n’avais pas les détails - celle-ci avait été néanmoins accordée sans barguigner par l’Union européenne et précisément l’Agence européenne du médicament (EAMA), laquelle ne s’est pas embarrassée du principe de précaution, bien dangereux gêneur dans la course aux profits… Il faut dire qu’à Bruxelles les lobbies sont très présents, puissants et d’une redoutable efficacité !

 

Or, les faits devaient donner raison à la FDA et à tous ceux qui doutaient à bon droit de l’innocuité du rimonabant : il fut avéré en 2008 qu’il entraînait chez un nombre suffisamment important de patients pour être significatif une dépression nerveuse sévère avec tendance au suicide… Il dut donc être retiré du marché.

 

La surcharge pondérale et l’obésité sont devenus de véritables fléaux à notre époque. En même temps qu’un véritable «filon» pour l’industrie pharmaceutique !

 

Dans mon enfance et ma jeunesse, j’ai connu quelques enfants obèses mais à l’époque l’on incriminait surtout des facteurs endocriniens.

 

Aujourd’hui le nombre d’obèses ne fait qu’augmenter dans toutes les générations et il me semble bien que ce soit la «malbouffe» qui en soit largement responsable : le «grignotage» associé à trop de graisses, de sucres et sans doute nombre d’additifs alimentaires inutiles, voire dangereux mais hautement profitables aux firmes de l’agro-alimentaire, de la grande distribution et de la chimie. Sans oublier les Mac Do’…

 

Or donc, dernier-né de la panoplie anti-obésité, une «pilule miracle» - Alli, concoctée par Glaxo-Smith-Kline – et distribuée – sans ordonnance ! On remarquera encore une fois que l’autorisation de mise sur le marché a été accordée par l’Union européenne… La France faisant partie des 12 pays qui avaient voté contre cette décision…

 

Tant l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) que des professeurs de médecine de services hospitaliers d’endocrinologie ou de nutrition étaient fort réservés à l’égard d’un médicament anti-obésité délivré sans prescription médicale.

 

Je lis sur Libé que la pub pour Alia s’étale sur les bus et que certaines pharmacies sont en rupture de stock (idem en Belgique). Glaxo joue gros sur le terrain économique et met toutes les chances de son côté. En principe, les pharmaciens devraient refuser de délivrer Alli aux clients non vraiment obèses… Ce qu’ils semblent faire. Mais qu’à cela ne tienne : je lis dans le même article qu’une jeune femme à qui 3 pharmaciens avaient refusé de délivrer le médicament a fini par envoyer sa mère, plus enveloppée… N’importe quoi !

 

Il est bien évidemment encore trop tôt pour savoir si cette molécule – qui était déjà utilisée dans des médicaments anciens,  Xenical et Orlistat, lesquels étaient prescrits sur ordonnance mais la dose est aujourd’hui deux fois moindre : 60 mg au lieu de 120 mg – aura des effets secondaires.

 

Je lis toutefois sur un article très récent de «20 minutes» qu’Alli risquerait de contrarier l’efficacité de la pilule contraceptive, risque qui était déjà mis en avant par l’Affssa.

 

D’autres troubles sont déjà connus, à savoir des selles grasses – le médicament recouvrirait la paroi intestinale d’un film qui empêcherait les graisses d’être absorbées… - et surtout : fort nombreuses ! En un mot comme en cent :,Alli donnera la chiasse !

 

J’ai bien ri en lisant quelques réactions négatives d’internautes sur Libé http://www.liberation.fr/vous/0101567849-alli-on-en-fait-tout-un-plat …Y compris l’explosion prévisible de la consommation de PQ ! Que voulez-vous, un rien m’amuse et j’ai dû garder mon âme d’enfant pour les blagues «caca-boudin»

 

Il restera néanmoins que sur le plan de la nutrition il me semble assez dangereux de bloquer l’absorption des nutriments - dont les vitamines - par l’intestin… Au bas mot, cela ne peut qu’engendrer des carences : en voulant éviter les seules graisses on risque de priver l’organisme d’une foule de choses essentielles à son bon équilibre.

 

SOURCES

20 minutes

Alli joue gros en pharmacie

http://www.20minutes.fr/article/324317/Economie-Alli-joue-gros-en-pharmacie.php

Alli, la nouvelle gélule amaigrissante qui impose de rester sur ses gardes

http://www.20minutes.fr/article/323511/France-Alli-la-nouvelle-gelule-amaigrissante-qui-impose-de-rester-sur-ses-gardes.php

Alli: la pilule qui n'aime pas la pilule

http://www.20minutes.fr/article/326937/France-Alli-la-pilule-qui-n-aime-pas-la-pilule.php

Le Monde

Un médicament promet aux obèses de perdre du poids sans ordonnance

http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/02/06/un-medicament-promet-aux-obeses-de-perdre-du-poids-sans-ordonnance_1151789_3224.html

Libération

Régime sans ordonnance pour la pilule antiobésité

http://www.liberation.fr/vous/0101565717-regime-sans-ordonnance-pour-la-pilule-antiobesite?xtor=EPR-450206

Alli, on en fait tout un plat

http://www.liberation.fr/vous/0101567849-alli-on-en-fait-tout-un-plat

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu